A l’avènement  de la première république, la Guinée s’est beaucoup fait remarquer à travers sa culture. Epoque à laquelle les valeurs culturelles du pays étaient largement dominées par la musique et la danse. Pendant ces périodes de gloire, trois artistes chanteurs ont réussi à se faire distinguer sur l’échiquier international.  Décrocher des disques d’Or !

 

Le premier à honorer la Guinée dans ce sens,  est feu  Sory Kandia Kouyaté. Après avoir fait une énorme vente en 1970, l’académie Charles Chros lui a décerné le disque de la meilleure vente. Une distinction qui est plus que le disque d’or  aujourd’hui.

 

 

Le deuxième fut  Mory  Kanté communément  appelé le griot électrique. En 2013, le doyen lors d’une interview accordée aux journalistes français, a reconnu avoir vendu  plus de 9 millions d’exemplaires de son album ‘’Akwaba Beach’’ avec 16 disques d’ors dont le premier en 1988 avec son tube à succès ‘’Yèkè yékè’’. Dans cas, il est l’un des  artistes africains ayant obtenu plus de disques.

 

Le troisième, est celui qu’on appelle la voix d’or, Sekouba  Bambino Diabaté. En 2001, l’ambassadeur de la musique guinéenne et ses coéquipiers du groupe Africando  ont obtenu chacun un disque d’or avec leur ’album ‘’Bétécé.

 

 

Selon le directeur national des arts, Jean Baptisse  Williams, beaucoup  pouvaient obtenir le disc d’or en Guinée si les guinéens étaient organisés. Parce que les artistes guinéens faisaient des ventes remarquables  avec de différents albums.

 

De nos jours, cette option est difficile du moment où la musique guinéenne a du mal à s’imposer  même sur le continent.