Nombreux observateurs s’accordent à dire qu’Alpha Condé aurait contracté son ‘‘handicap’’ lorsqu’il a arpenté les murs le 17 mai 1991. Mais un autre coin du voile - non négligeable - vient d’être levé sur cette réalité et qui amène d’autres analystes à imputer cet état physique à un accident que l’opposant historique, devenu président en 2010 et plébiscité en 2015, aurait contracté dans la ville française de Strasbourg en 1964.

 

 

Au micro de nos confrères de Guineeinfomande.com, la coordinatrice nationale du Rpg Arc-en-ciel, revient sur les circonstances de son arrivée en France le 21 octobre 1961 où elle aurait travaillé 35 ans durant 35 ans en qualité de secrétaire dans l’association française dénommée Soundiata qui s’occupait des logements des immigrés en France.

 

 «J’allais dans les réunions de l’association des étudiants guinéens en France où j’ai rencontré Alpha Condé, Ibrahima Baba Kaké, Siradiou Diallo, entre autres. (…) En 1964, lors d’un voyage à Strasbourg avec Alpha Condé et Naïdar Nazime qui est actuellement malade, notre voiture a fait deux tonneaux alors qu’il pleuvait. Seuls Alpha Condé et moi avions été blessés. Moi, j’ai eu des blessures à la tête et lui (Alpha Condé ndlr), il a eu une luxation à la hanche. Donc, son cas était plus grave. Nous avons été évacués à l’hôpital universitaire Boulevard Jordan dans le 14e à Pari. Mais Alpha Condé y a passé 3 mois à cause de sa hanche», révèle l’honorable Nantou Chérif Konaté, députée.

 

Une affirmation qui en dit long sur le handicap dont le nœud reste inconnu du grand public. Et comme le dirait l’autre, le manque d’information sème la confusion. Vivement donc la connaissance de l’origine de ce handicap.