Bien qu’il reste toujours du chemin à faire, le rap guinéen se replace petit à petit de nouveau sous le feu des projecteurs du genre et d'être plébiscité par des légendes vivantes de la sous-région. Pour cette énième fois, c'est du côté de la côte d’ivoire qu'il s'est fait valoir par le biais d'une icône du rap africain. Il s’agit du Sénégalais Didier Awadi, du mythique groupe Positive Black Soul "PBS".

 

 

Invité dans l’émission "Show Buzz" de la chaîne ivoirienne "NCI", l’acolyte de Duggy Tee, s’est exprimée sur divers sujets notamment sur le projet du groupe "PBS", la vague de la nouvelle génération de rappeurs africains, mais surtout du pays qu’il considère comme le numéro 1 du rap en Afrique Francophone.

 

« Il y a Duggy Tee, qui est en train de faire son album solo, et on a fait quelques singles, il n’y a pas longtemps. Donc on travaille sur un album, mais on prend vraiment notre temps, c’est plus pour se faire plaisir, parce qu’on n’est plus dans la compétition, tu sais faut savoir raison garder PBS, ce n’est pas un groupe qui va être dans la compétition. C’est un groupe qui va se faire plaisir, et faire plaisir a ces gens qui aiment ce style… »

 

Sur la question de savoir ce qu'il pense de la nouvelle génération des rappeurs africains, l’auteur du morceau « L’impertinent », a exprimé un sentiment de satisfaction !

 

« Ah oui ! Nous, on sait battus pour que ça existe, quand on voit aujourd’hui dans tous les pays où on va, la musique numéro un (1), c’est le rap, je suis très content, parce que le rap a peiné. Quand je prends pour exemple la côte d’ivoire, il a eu beaucoup de mal, chaque fois qu’il a voulu démarrer, un courant est venu le calmer (Zouglou/ Coupé décalé). Il a enfin retrouvé sa voix, son ADN. Donc la nouvelle génération de rappeurs ivoiriens, elle est très belle et très inspirée, et elle est surtout ancrée dans la culture ivoirienne... Ils ont compris qu’il fallait faire un rap ivoirien pour les Ivoiriens, et s’il est bien fait, il va exploser dans le monde. » A-t-il témoigné

 

Invité à désigner quel est le pays le numéro 1 du rap en matière de rap en Afrique, le Sénégalais n'a pas trop réfléchi pour trouver sa voie.

 

« Si on regarde les jauges ou les gens jouent, c’est bizarre, je dirais d’abord la Guinée Conakry, c’est des malades, ils font des concerts de plus de 25.000 de 50.000 personnes. La Mali aussi, c’est des fous, avec la génération Tal B, Iba one… Je suis très content de voir comment le rap bambara, s’exprime fièrement. Est-ce qu’on peut parler de numéro 1, aujourd’hui le plus influent, c’est Abidjan. On veut ou pas, c’est un fait. Dakar a une place de préférence, mais la vérité, tu veux que ça marche, tu passes par Abidjan… » A-t-il répondu

 

 

Fort d’un immense potentiel, il va sans dire que la musique guinéenne, notamment le Rap a besoin de forte industrie de production et de management, capable de rivaliser avec ceux de la sous-région, pour pouvoir jouir pleinement de cet art et revendiquer la place qui est la sienne sur le continent.

 

 

 

 

 

  • 5
  • 13
  • 0
  • 2
  • 1
  • 2