Sur le titre « Des Humains », R.Wan invite l’immense voix de Salif Keïta pour évoquer la déshumanisation de nos sociétés. Un clip tourné à Bamako.

 

 

Salif Keïta sait de quoi il parle quand il dénonce la déshumanisation de nos sociétés : la légende de la chanson malienne consacre une partie de ses fonds personnels à la protection des albinos en Afrique, souvent marginalisés ou privés de soins, quand ils ne sont pas victimes de meurtres rituels. Il a rejoint le chanteur R.Wan pour évoquer la déshumanisation de notre monde, en mettant l’accent sur la guerre en Syrie. Est-ce pour cela que le Prince Keita porte dans son clip un treillis militaire ? Ou bien est-ce en référence au coup d’état du 18 août dernier au Mali ? Toujours est-il que la voix vibrante du Malien apporte une toute autre dimension à la chanson. Marginalisé chez lui dans sa jeunesse, c’est avec fierté qu’il défend ici les valeurs humanistes de son pays. 

 

Quant à R.Wan, parrain du « rap musette » qu’il a popularisé avec le groupe parisien Java, il opère un retour au sources avec la sortie de cet album intitulé La Gouache. L’artiste a déjà écrit et collaboré avec Rachid Taha, ou encore Tiken Jah Fakoly et s’est ici entouré de Fixi, son partenaire de Java, pour la composition. Ses textes au cordeau rompent avec le conformisme ambiant et l’enthousiasme de surface d’un monde trop lisse. Peinte avec les couleurs douce-amères de l’ironie, « Des Humains » illustre parfaitement sa révolte poétique. La voix de Salif Keïta ne pouvait mieux le soutenir pour bousculer les consciences.

 

 

pan-african-music

Remarque ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris