La chanteuse guinéenne, Ibro Gnamet, dans la soirée d’hier a fait une belle surprise à ses followers. À travers un live sur le réseau social Facebook, la conceptrice du slogan « N’kalékhi », s’est affichée en compagnie de son père, l’illustre Ibro Diabaté

 

 

Dans cette vidéo, Ibro Diabaté, rend un vibrant hommage au défunt Mory kanté, allant de leur première rencontre, au caractère humble de l’artiste.

 

Parlant ainsi des légendes de la musique guinéenne, le concepteur du titre « Allah Nana », attirent l’attention sur l’état de santé de ses confrères, Mory Djely Deen Kouyaté, et Yaya Bangoura, qui sont peu appréciables. Pour ensuite s’indigner du comportement du ministère de la Culture, du BGDA et de certains de la nouvelle génération, à qui il prodigue des conseils. 

 

« Bonsoir, je salue tous nos fans, les artistes et tous les Guinéens. En un mot, je salue tous les artistes africains et ceux du monde entier. Il y a, trois choses qui nous peinent actuellement. Nous sommes dans cette période de pandémie, dans laquelle le ramadan est venu, ensuite nous avons perdu notre doyen Mory Kanté, un artiste incontestable. Le griot électrique s’en est allé, je demande à tous de prier pour lui. Que Dieu lui accorde son paradis. Ce qu’il a fait, même si la Guinée ne le récompense pas, Dieu le fera. Les gens suivront ses traces. »

 

« En tant qu’artiste, il est important de laisser ses traces. Il faut faire une carrière qui fera parler de vous. En laissant ses traces, vous serez immortalisé et vous deviendrez une référence. Voici la difference entre certains artistes. »

 

 

Pour sa prise de parole, Ibro Gnamet, à son tour présentent ses condoléances à la famille Kanté, notamment à sa consœur et fille du défunt Manamba Kanté, accompagné de prière. 

 

« Mory Kanté, c’est lors de mon voyage à Paris en 92 que je l’ai connu. Mais à travers notre réseau artiste du pays, lui, il avait déjà entendu parler de moi. On s’est croisé à la porte de chapelle à Paris, ce jour-là, Djanka la Divine était en concert. J’y étais en tant qu’invité d’honneur. Ce jour-là, il est venu avec le tennisman français d’origine camerounaise Yanick Noah, et dès son arrivée, moi-même, j’ai compris qu’il y avait une personnalité dans la salle. » Rajoute Ibro Diabaté

 

« Mon grand frère m’a dit que Mory kanté est dans la salle, et chaque fois, il demande après toi. Je suis allé vers lui dans la salle, après nos salutations, il m'a donné beaucoup de conseils et sur le coup, c’est comme si nous nous connaissions il y avait dix ans. Il m'a donné des conseils sur ma façon d chanter et les facteurs de ma musique qui lui plaisait. »

 

« Franchement, il est une bonne personne. Depuis que je l’ai connu, jusqu’à son rappel à Dieu, je n’ai jamais vu Mory kanté en colère. Mais aujourd’hui, on parle de Mory kanté, mais en Guinée, ce n’est que quand tu meurs qu’on t’accorde de l’importance. »

 

 

« Voici le Bélébélé Ba de la musique guinéenne Mory Djely, qui est couché malade. C’est avec eux qu’on a fait les leaders. Yaya Bangoura aussi est malade, voilà 5 ans qu’il est hors du pays, aucune bouche n’en parle. Tout artistes qui comptent sur l’administration culturelle guinéenne sont perdus, par ce qu’ils n’ont pas de considération pour les artistes. Les artistes n’ont aucune valeur ici. »

 

« Au BGDA, en principe toute personne qui n'a pas appris le droit, ne le demandez pas de verser de l’argent pour un droit. Je dis la vérité à tout le monde quelle que soit notre relation amicale, par ce que dans l’administration, il n’y a pas d’amitié. Ici, le BGDA donne de l’argent selon ton influence, ce n’est pas normal, l’âge ne compte pas. Aujourd’hui, la vente des œuvres des artistes est quasi inexistante, les artistes vivent des dons bienfaiteurs. Les personnes qui donnent 50 ou 100 millions à te donner et ensuite le dire à tout le monde. Les artistes guinéens font peine à voir. »

 

« Aujourd’hui il y a certains artistes qui rabaissent cette profession, je m’adresse à la generation future. Beaucoup ont du talent et de l’avenir, mais le succès est à deux revers. Je suis très content du travail des artistes en herbe, mais il faut travailler mieux le contenu de vos chansons… »

 

Découvrez ci-dessous l’intégralité de la vidéo.

 

 

Youssef Haïdara

 

Remarque ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris