Depuis la mort de George Floyd aux États-Unis, tué par des policiers, un meurtre logé dans le cadre du racisme, l'on assiste à une destruction massive des monuments en guise d'hommage. A Londres, c'est la statue de l'ancien leader de l'Ethiopie et Ras Makonnen qui ont payé les frais de la colère d'un groupe de personnes, suite d'une manifestation meurtrière en Éthiopie.

 

 

La destruction est l'oeuvre d'un groupe de personnes qui seraient originaires d'Éthiopie et qui, apparemment, sympathisent avec le mouvement de protestation dans leur pays depuis l'assassinat du célèbre chanteur Hachalu Hundessa lundi dernier. 

 

Et à la suite, la communauté Rastafari qui semble très remontée a sorti un communiqué s'indignant et condamnant cet acte.

 

« La communauté rastafari en Jamaïque condamne les actions de ceux qui ont détruit les statues de Ras Makonnen et Haile Selassie Ist »

 

« Kingston, Jamaïque : des membres de la communauté rastafari en Jamaïque condamnent la destruction des statues de Ras Makonnen en Éthiopie et Haile Selassie à Londres récemment »

 

De poursuivre « Nous, Africains de l'hémisphère occidental, sommes très déçus et indignés que deux des symboles les plus historiques de la liberté et de la justice aient été déshonorés au nom du tribalisme parmi les Éthiopiens. »

 

« Détruire ces deux statues montre un manque de respect flagrant et envoie le message "Un royaume divisé par lui-même ne peut pas tenir »

 

 

Dans le même sillage, la communauté regrette que cela soit produit au vu et su de toutes les décodeurs africains.

 

« Il est regrettable que cela se soit produit dans le sillage de la conscience africaine à l'échelle mondiale. Mais, en Jamaïque, nous restons fermes et confiants que nous allons construire plus de statues de Haile Selassie et Ras Makonnen comme exemples de la souveraineté de l'Afrique. »

 

« Et donc, nous continuons à détenir H.I.M. L'empereur Haile Selassie I et Ras Makonnen dans la plus haute estime. Nous continuons à les saluer comme de véritables défenseurs, libérateurs et grands guerriers de la conscience et de la liberté noires » a-t-elle mentionné 

 

Pour rappel, cette destruction est survenue après les manifestations qui ont éclaté dans les rues de la région d'Oromia en Éthiopie contre l'assassinat de Hundessa, dont le motif est encore inconnu.

 

Ibrahima Moudias 

 

Remarque ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris