D'abord suspendu pour cinq ans et provisoirement rétablit à ses fonctions par le tribunal arbitral du sport (TAS), le Président de la confédération africaine de football (CAF) avait commencé à retrouver son espoir et a même pensé à se présenter pour briguer un second mandat à la tête de l'institution en charge du ballon rond sur le sol africain mais hélas.

 

 

En novembre dernier, le dirigeant avait été sanctionné par la FIFA d’une interdiction d’exercer durant cinq ans toute activité liée au football ainsi que d’une amende de 200 000 francs suisses pour de multiples entorses au code d’éthique, dont des détournements de fonds. Après avoir fait appel de cette décision auprès du TAS, ce dernier vient de rendre son verdict et a annoncé avoir partiellement admis l’appel du Malgache en réduisant sa suspension à deux ans et en diminuant son amende à 50 000 francs suisses.

 

Toutefois, même réduite à deux ans, la suspension d’Ahmad l’empêche de briguer sa succession à la tête de la CAF à l’occasion de l’assemblée générale élective de l’instance qui aura lieu vendredi à Rabat au Maroc. Ce qui dégage le passage pour le Sud-Africain qui est désormais seul candidat pour ce poste.

 

 

 

 

 

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Remarque ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris