Dans une interview réalisée par nos confrères de Guineenews l'ancien secrétaire général de la fédération guinéenne de football s'est exprimé, après avoir été blanchi dans une affaire de détournement qui remonte au moment de la mandature du président Super V.

 

 

Blanchi ce lundi 16 novembre par le tribunal de première instance de Kaloum, en compagnie de Salif Camara Super V, Morthon Soumah et Aly Camara, Ibrahima Barry alias ‘Blasco’ affirme n’en vouloir à personne. La prison, les deux ans de procès… Il met tout au compte du destin et croit toujours bénéficier de la confiance des acteurs du football guinéen.

 

« C’est d’abord un sentiment de satisfaction pour avoir été blanchi de mon vivant. Parce que cela pouvait être à titre posthume. Je remercie donc ma famille, mon épouse, mes enfants, mes parents et mes amis qui m’ont soutenu pendant cette épreuve. Je n’ai aucun sentiment de triomphalisme. Je n’en veux à personne, je m’en remets à Dieu. En tant que croyant, je crois que cela était prescrit dans mon destin et je l’assume. Mais cela a été aussi une leçon de vie. Cela m’a permis d’acquérir une nouvelle expérience de la vie. »

 

« La prison m’a aussi permis de savoir jusqu’où l’homme est insondable. Cela m’a également permis de connaître beaucoup de choses autour de moi et c’est pourquoi je résume tout cela en disant qu’il manque de dimension à tout homme qui n’a pas fait la prison. Parce que la prison te permet de cerner un certain nombre de paramètres liés à l’être humain. Encore une fois, je remercie ma famille, mes amis et tous ceux qui ont cru qu’un jour ou un autre j’allais être blanchi. »

 

 

« J’ai été traduit en justice alors que j’aurais pu être gratifié d’une médaille pour tout ce que j’ai donné à ce football. J’ai sacrifié ma carrière professionnelle pour le football qui est une passion depuis ma tendre enfance et je pense que je bénéficie encore de la confiance de tous ceux qui sont dans le football et je continuerai à le servir. Encore une fois, je m’en remets à Dieu et je n’ai pas assez de commentaires si ce n’est pas dire que ce qui est arrivé est mon destin. Je remercie Dieu pour m’avoir donné la chance de vivre ce jour. »

 

Remarque ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris