Le décalage de la Can 2021 au mois de l'été pour l'hiver laisse des taches d'huile chez les acteurs du football, si notre rédaction avait relaté les propos du l' entraîneur adjoint des Aigles du Mali Fousseni Diawara et du technicien Allemand Jurgen Klopp, c'est autour de l'ancien président de l'olympique de Marseille Pape Diouf, de tirer sur la sonnette de la gestion du malgache Ahmad Ahmed et dénonce surtout l'absence de caractère du successeur d’Issa Hayatou qui, pour lui, manque de caractère et est à la remorque de Gianni Infantino et de la FIFA.

 

 

Interrogé sur la possibilité de remplacer ce dernier à la tête de l’instance panafricaine de football (CAF), le franco-sénégalais a dit :

 

« Candidat ? Ah non, pas du tout, alors là, je ne cherche absolument aucune place au sein de l’institution (CAF) », avant de fustiger les dirigeants actuels.

 

« Je déplore simplement que depuis son départ, Issa Hayatou (président de la CAF de 1988 à 2017) n’ait pas été remplacé. Peut-être qu’il était critiquable, mais au moins il avait le caractère de l’emploi, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui (….) je déplore ça en tant qu’Africain et je ne suis pas le seul…».

 

 

L’ancien patron de l'OM pense que cette modification de calendrier n'est pas lié à l'aspect climatique mais plutôt l'influence de la Fifa dans le cadre de l'organisation de la coupe du monde des clubs. En fin novembre 2019, dans un entretien accordé au journal L’Observateur, Pape Diouf avait qualifié les responsables de la Confédération Africaine de Football (CAF) de « bande d’incapables ». Il réagissait déjà au changement de dates prévu pour la Coupe d’Afrique des Nations 2021.

 

« Ce n’était pas seulement pour ne pas mécontenter les clubs européens, c’était d’après les dirigeants de la CAF, la solution avec un L majuscule. Aujourd’hui, ils reviennent en arrière. Je me demande bien où se trouve la vérité. Est-ce qu’elle était là lorsque la Caf avait décidé de reculer la Can au mois de juin ? Ou est-ce que c’est maintenant ? J’ai toujours soutenu que depuis le départ d’Issa Hayatou, nous sommes malheureusement gouvernés par une bande d’incapables qui ne savent absolument pas à quel saint se vouer et qui ne font pas du tout avancer le football africain », lance Pape Diouf.

 

« Toute décision appelle une explication. Ce qui est plus difficile, c’est de trouver des justifications. Et en l’occurrence, il n’y a aucune justification ». Pour lui, depuis le départ d’Issa Hayatou, la CAF « vit au rythme, non seulement des faux-pas, mais surtout de l’inconséquence ». Nous a laissé entendre.

Parions Guineen

 

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0